La sexualité est aussi un rapport social

Bien, je reprends le fil de l’écriture, après une pause liée à mon déménagement. Entre les cartons à remplir, puis les cartons à vider, les démarches, les bricolages de sortie et d’entrée dans un logement, j’ai été peu disponible pour écrire.
En revanche j’ai lu, à petites doses, le livre d’une auteure dont j’apprécie souvent les ouvrages : Clotilde Leguil. Il s’agit de sa dernière publication : Céder n’est pas consentir. Une approche clinique et politique du consentement. L’ouvrage de Vanessa Springora, Le consentement, qui relate la manière dont elle a été abusée sexuellement, comme adolescente, et les multiples séquelles qui s’en sont suivies, est l’impulsion de départ du livre de Clotilde Leguil. Son sous-titre : une approche clinique et politique, trace les contours du propos. Il s’agit à la fois d’une approche psychanalytique et d’une réflexion de philosophie politique sur ce qui est en jeu dans le consentement, et son dévoiement dans le forçage, l’abus sexuel ou la tyrannie. C’est ce double registre que je trouve particulièrement éclairant. En résumé, ce qui se joue dans le registre de l’intime et de l’interpersonnel est largement similaire à ce qui se joue dans le champ du gouvernement des sociétés.

Autour du consentement

Une partie de l’ouvrage, évidemment, explicite la différence entre céder et consentir. Mais un autre propos consiste à dessiner les contours et la valeur du consentement en lui-même et c’est, je l’avoue, la partie du livre la plus déroutante, pour un homme. Clotilde Leguil explicite un mouvement qui se rattache à un désir féminin qui, certes, concerne aussi les hommes (féminin, en l’occurrence, est une étiquette, et non pas l’assignation à un genre), mais est, pour l’heure, surtout présent chez nombre de femmes. C’est l’idée, qu’en situation, et de manière surprenante, une proposition trouve un écho qui prend par surprise, pour des raisons difficilement déchiffrables par le sujet lui-même, qui peut trouver une jouissance à se laisser entraîner sans l’avoir anticipé. Il y a une part d’obscurité dans ce consentement qui en fait autre chose qu’un contrat signé : ce n’est pas parce qu’on acquiesce ici et maintenant que cela vaut accord dans la durée et dans une autre situation.

Voilà : mes quelques phrases constituent un résumé très réducteur et je vous encourage à lire le livre par vous-mêmes. Pour ma part, j’avoue que c’est cette obscurité du consentement qui reste, à mes yeux, une énigme. Même en sortant du domaine des relations intimes, il m’est évidemment arrivé d’adopter, en situation, une proposition à laquelle je n’avais pas pensé, mais il m’a souvent semblé possible de rendre compte de ce consentement, d’une manière relativement claire.

Cela dit, cette obscurité des ressorts du consentement montre bien comment on peut le manipuler, et basculer du côté du forçage qui conduit le sujet à céder et non plus à consentir.

Un consentement éclairé ?

Par ailleurs, en faisant un pas de côté et en allant explorer ce registre du consentement dans d’autres domaines que celui des relations intimes, cela fournit des mises en perspective suggestives. On parle, par exemple, en médecine, de « consentement éclairé » : le médecin est censé exposer tous les risques potentiels d’une stratégie thérapeutique afin que le malade se décide en connaissance de cause. Mais, pour le coup, Clotilde Leguil a raison de souligner que l’éclairage en question est forcément limité. Ce qui décide le malade, en général, est la confiance qu’il accorde au médecin, plus qu’une hypothétique pesée du pour et du contre qui demeure bien théorique tant que les risques restent potentiels.

Le cas médical dit, à mon avis, quelque chose de fort : il y a, à la base, un rapport social inégal. Le médecin est censé en savoir plus que le malade. Et le consentement est certainement mieux qu’un passage en force, mais il n’annule pas ce rapport social inégal. Les exemples pris, par Clotilde Leguil, dans le champ de la philosophie politique disent la même chose : le sujet d’une démocratie délègue une partie de son pouvoir de décision à des acteurs élus et il consent, en général, à respecter les lois. Cela dessine, là aussi, des positions sociales inégales et l’inégalité est adoucie, mais nullement éliminée, par le consentement accordé par le citoyen.

Faut-il en conclure que le consentement, dans le domaine des relations intimes, est une sorte de pis-aller, qui reflète, malgré tout, la persistance de la domination masculine ? Ce n’est pas le point de vue de l’auteure, qui célèbre, je l’ai dit, le plaisir du consentement. Mais c’est la question que je me suis posée en lisant son livre.

Une comparaison avec d’autres situations de domination

Je me suis d’autant plus posé la question que ce qu’elle décrit m’a rappelé deux situations.
La première a été détaillée par Michel de Certeau dans L’invention du quotidien (paru en 1980). de Certeau expliquait que seul quelqu’un en position de domination peut déployer une stratégie où il pense avoir une vue d’ensemble de la situation. Celui qui est dominé n’a pas d’espace propre pour construire de tels calculs. Il agit pour le mieux en situation et développe des tactiques qui peuvent être tout à fait efficaces, mais qui sont plus locales et plus ad hoc. Juger et agir en situation, c’est bien ce dont il s’agit dans le consentement.
Le deuxième écho concerne la littérature antillaise et la manière dont elle a été théorisée par Patrick Chamoiseau dans Ecrire en pays dominé (paru en 1997). A l’instar de Michel de Certeau, Patrick Chamoiseau dit que la situation de domination empêche d’écrire des histoires linéaires qui sont le propre de ceux qui disposent de moyens d’action suffisants pour déployer un agir technique rationnel et visible. La littérature antillaise, par contraste, est plus sinueuse, elle joue sur la répétition autour d’un but qui se dérobe sans cesse. En d’autres termes l’opposition obscurité / clarté doit quelque chose à la position que l’on occupe dans l’espace social.

L’amour à l’aune de l’amour du prochain

Voilà. Dans une relation à deux, que l’un propose et que l’autre dispose, cela peut s’entendre, à condition que les rôles ne soient pas figés. Clotilde Leguil est prudente, je le répète, et ne décrit nullement un supposé « éternel féminin » qui relèverait de la nature. Mais justement, si on s’interroge sur ce que peut être la relation entre deux êtres qui « aiment leur prochain comme eux-mêmes » pourquoi ne pas attendre et espérer, qu’ils puissent être deux sujets sur un pied d’égalité dont les désirs divergent, sans doute, mais cherchent à s’accorder en suivant des chemins analogues.

Un psychanalyste dira peut-être qu’un homme et une femme se construisent à partir d’histoires différentes. Mais différentes jusqu’à quel point ? Est-ce que la différence entre individus du même sexe n’est pas plus importante qu’entre les sexes ? Cela reste, pour moi, des questions ouvertes et il me semble, en tout cas, que la libération de la parole autour des abus sexuels, ces dernières années, pourrait conduire (au-delà de la dénonciation des forçages, indispensable par ailleurs) à vivre différemment la séduction et la vie amoureuse.

5 commentaires sur “La sexualité est aussi un rapport social

  1. Réflexion bien intéressante qui élargit (de façon un peu vertigineuse) l’intime au politique… J’ai fait suivre pour recueillir des commentaires.

    Le lun. 3 mai 2021 à 07:55, Tendances, Espérance a écrit :

    > Frédéric de Coninck posted:  » Bien, je reprends le fil de l’écriture, > après une pause liée à mon déménagement. Entre les cartons à remplir, puis > les cartons à vider, les démarches, les bricolages de sortie et d’entrée > dans un logement, j’ai été peu disponible pour écrire. En revanche » >

    J'aime

  2. Monsieur Frédéric de Coninck,
    Bonjour,

    Je profite de réagir à votre article pour vous parler de mon livre, et peut-être pouvoir m’entretenir avec vous ?
    En ce qui concerne le consentement je serai bien plus radical : Ce qui n’est pas éclairé ne saurait être nommé consentement. Le reste, tout ce qui peut se permettre d’être obscur ou nébuleux, est ce qui dépend d’un oui ou d’un non. Donc, sûrement pas ce qui concerne l’intimité du corps, racine de toute dignité, et à l’occasion temple destiné à accueillir la présence de Dieu. C’est juste que pour l’instant on ignore ce que signifie entrer dans un corps, ce qui donne l’impression que tout est subordonné au consentement. Mais il suffit de songer par exemple à l’interdit de l’inceste pour comprendre que c’est faux.
    Mes recherches en philosophie concernent la gravité du viol, qui va sans dire, mais s’évapore (minimisation, culpabilisation des victimes) dès qu’on parle du consentement. Pour se dépêtrer de ce sac de nœuds, il s’agit de dissocier gravité et contrainte, ce qui permettrait d’une part d’expliciter pourquoi entrer dans un corps contient de la gravité, d’autre part de comprendre la fonction des règles sexuelles (analogue aux règles pour pénétrer le Saint des Saints) et ainsi éclairer le consentement sexuel. Ce qui permettrait de vivre autrement la vie amoureuse, et plus seulement sur des intuitions et du rapport de force.
    Je suis également protestant. Le Royaume est déjà là, mais ce qui nous empêche de le voir sont les dominations, telles que le racisme ou le sexisme. Or, réduire la question sexuelle au consentement (et ainsi ignorer ce que signifie entrer dans un corps) forme un angle mort, un non-dit, source d’un mensonge autorisant l’illusion de la supériorité du masculin sur le féminin.
    Je suis bien conscient que mon propos est peut-être trop dense. C’est pourquoi j’aimerais vous envoyer mon livre, résumé de mes recherches, et peut-être échanger avec vous.
    Le but est de dire ce qu’est le corps pour éclairer le consentement et mettre fin aux dominations sexistes, et ainsi faire un pas vers le Royaume. C’est peut-être naïf, mais je cherche un chemin, et de l’aide pour le défricher.
    Je vous remercie,
    En espérant votre retour,
    Yan Warcholinski
    yanwarcholinski@yahoo.fr
    07 81 23 61 48

    J'aime

    1. Bonjour et merci pour cet écho,
      Pour ma part, je considère que les choses sont plus complexes que vous ne le dites. Tout ne se joue pas dans le registre corporel. La sexualité est aussi affaire de parole et d’échange de paroles. Ce qui m’a intéressé dans le livre de Clotilde Leguil c’est sa manière de rendre compte de se qui se joue, justement, à l’articulation de la parole et du corps. Et j’ai trouvé assez courageux sa manière de dire que, parfois, on consent sans être tout à fait au clair sur les motifs de son consentement. Par ailleurs, je pense qu’il y a souvent un malentendu : l’un consent ici et maintenant et réserve sa réponse pour plus tard, l’autre considère que ce consentement est gravé dans le marbre. Il y a quelque chose d’assez fragile dont elle a bien rendu compte.
      Après, mon interrogation est de savoir sur quels rapports sociaux repose cet état de fait.
      Mais je pense que, pour le moment, en tout cas, c’est intéressant de réfléchir à ce qui se joue dans le consentement qui est peut-être un pis aller, mais, à titre provisoire, quelque chose d’important.

      J'aime

      1. Cher Monsieur Frédéric de Coninck,
        Merci pour votre réponse.
        Je suis d’accord avec vous sur la complexité et la fragilité de la question du consentement, mais c’est bien pour cela qu’elle fait disparaître la perception de la gravité du viol (qui n’a pas encore été nommée en fait) lors des témoignages.
        D’où le fait que je vous rejoigne également sur l’importance de la parole, qui seule pourra éclairer le consentement sexuel, qui implique de savoir ce que signifie « entrer dans un corps ».
        Merci encore pour votre retour. J’ai assisté à un de vos exposé à l’église d’Echirolles, avec le pasteur Paul Efona. Stimulant. J’avais également entendu parler de vous lorsque je participais au GBU rue serpente, vers 2007-2009.
        Cordialement,
        Yan Warcholinski

        J'aime

  3. Merci Frédéric mais avec toi ça déménage toujours. Beaucoup (ou tout) se joue dans le « aussi ». Je te suis car tu as écrit « aussi » et que tu n’as pas écrit « la sexualité est un rapport social » au sens où la sexualité se réduirait à un rapport social. En matière de consentement, j’ai en souvenir de nombreuses discussions très gramsciennes sur le sujet avec certaines de mes amies féministes des années 80. Il y a dans la parole des effets de domination évidents mais ça n’est pas au chrétien que je vais dire cela : il y a dans la parole beaucoup plus que cela. Chacun fait son chemin : les uns découvrent la domination ; les autres découvrent ce que signifie l’amour du prochain.

    J'aime

Répondre à Warcholinski Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s